• Tous ceux et celles qui ont envie de s'exprimer sur leurs lectures, ainsi que toutes leurs autres passions en rapport avec l'image (illustrations, films, BD, mangas) sont les bienvenus sur le forum que j'ai ouvert à ce dessein.

    Les rubriques sont variées, de façon de permettre une expression large et pas seulement limité à la lecture de mes livres, ni d'ailleurs seulement de lectures fantastiques, ni même de lectures tout court !

    Cliquer ici pour vous rendre sur le forum

    Enfin, ceux qui souhaitent être tenu au courant de la parution des nouveaux articles, extraits, illustrations sur ce blog peuvent s'inscrire à la Newsletter (tout en haut à droite du blog)

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Dans le cadre de notre travail commun avec ses classes de l'année dernière, Christelle Bouley, professeur de français au collège Robert Morel d'Arles, a rédigé un article résumant l'expérience et présentant la suite de notre collaboration avec ses nouvelles classes.

    Vous trouverez ci-dessous la copie de cet article. (lien vers l'article)


    Une écrivaine qui nous a fait rêver : Hélène Louise
     

    L’an dernier, avec les 603 et quelques 304 (classe natation) nous avons fait l’expérience de découvrir cette écrivaine passionnée de fantastique : après 35 ans de lectures très variées, elle a découvert la “fantasy” et a décidé de rédiger une série de 5 tomes intitulé « Les Enfants de l’Hyphale d’or », après quelques autres essais de genres variés. 

    Grâce à elle, les élèves ont pris conscience de la difficulté que rencontrent les écrivains à se faire connaître, à éditer un ouvrage et ont donné leur avis sur le début de « Vauvert, l’école qui n'aurait jamais dû exister », une autre histoire fantastique que l’écrivaine a promis de remanier, dès qu’elle en aurait le temps, pour la faire partager à de jeunes lecteurs. 

    Jenna et Flora, actuellement en 5ème patrimoine, se sont lancées l’an dernier dans la lecture du tome 1 et 2 des « Enfants de l’Hyphale d’or ». Elles ont rédigé une fiche de lecture en donnant leur avis argumenté sur cette lecture avec dessins à la clé. Le livre est long, environ 500 pages, mais a globalement plu. D’autres élèves leur ont emboîté le pas et ont permis une discussion riche avec l’écrivaine par le biais d’internet. Chacun des élèves de 604 ont reçu en cadeau un beau marque-page avec une illustration de la dessinatrice professionnelle avec laquelle travaille l’auteur : Amandine Labarre (son site)

     Hélène Louise a décidé de rendre hommage à ces jeunes critiques en herbe dans un article qu’elle vient de publier sur son blog. Allez le lire et vous découvrirez également son univers ! En voici le lien : Site d'Hélène Louise , ainsi que celui d’un autre blog, où l’auteur crée des petits sketchs sur le thème de son métier (vétérinaire) à mi-chemin entre rêve et réalité : Quelques Histoires Comme Ça par le Dr Daktari

    Vous y découvrirez les nouveautés : l’avancée du tome 3 des « Enfants de l’Hyphale d’or » (sortie prévue en avril prochain), un projet de réalisation d’un “collier d’Eliphéra” en partenariat avec une créatrice de bijoux, Sionnach (sa boutique en ligne), les autres projets de lectures communes avec mes élèves, les extraits à télécharger (dont les onze premiers chapitres du tome 1 des EHO). 

    Le collège possède quelques exemplaires des tomes 1 et 2 de la série des Enfants de l’Hyphale d’or, certains achetés, d’autres prêtés par Hélène Louise. Ils sont aujourd’hui tous empruntés par les élèves de 603 (art et image) qui ont décidé de poursuivre cet échange et apporteront eux aussi leur contribution, leurs idées et pourquoi pas quelques illustrations. J’ai déjà pu détecter quelques talents de dessinateurs… 

    Je salue le talent de l’écrivaine pour les descriptions magiques à la fois dans leur contenu et le choix des mots. Ses dialogues légers et plein d’humour sont également d’une exceptionnelle qualité. C’est pourquoi j’ai tant aimé travailler avec elle et les élèves aussi ! 

    Elle a également inventé un conte cet été pour un appel de texte en hommage à l’auteur de fantasy, Terry Pratchett. Ce conte, « Chétif et la mort », de 10 pages en format A5, est disponible en téléchargement sur  son blog. Avec les 603, nous allons le lire et l’étudier en classe dans la séquence sur le conte. 

    Je lui ai posé quelques questions dans le cadre de cette dernière invention et voilà ce qu’elle en a dit :
     
    1) Dans les auteurs de fantasy,Terry Pratchett est-il l’un de tes auteurs préférés?

    C'est en effet un auteur que j'aime beaucoup, même si son style si particulier fait que j'éprouve le besoin d'alterner avec d'autre types de lecture. Outre son côté vraiment drôle (à glousser tout haut, un humour qui me fait énormément penser à celui des Astérix de Gosciny, avec la même façon de mettre en scène ses personnages dans une parodie réjouissante), ce que j'aime chez Terry Prattchet, comme pour beaucoup de mes auteurs préférés, c'est la personne que je sens à travers l'écrit. Je me demande parfois si je serais déçue en rencontrant l'auteur, mais je ne crois pas, j’ai l’impression de le connaître déjà...

    2) Est-il mondialement connu? Si oui, pourquoi? Trouves-tu qu'il mérite son succès? Les élèves sont très friands de ce genre d'anecdote.

    Il n’est encore pas très connu en France, hors les lecteurs assidus de fantasy. Toutefois la qualité des traductions de ses histoires, par le concours des Editions de l’Atalante et grâce au talent du traducteur, Patrick Couton, participent à lui gagner régulièrement de nouveaux admirateurs. En revanche je le crois mieux connu aux EU, et bien sûr en Angleterre, où il a été fait Officier de l'Empire Britannique et anobli.
     
    Son succès est mérité sans aucun doute ; il a une personnalité très particulière et inimitable. Il fait dans le loufoque, l'assumant parfaitement et arrivant pourtant je ne sais comment à parler de choses très importantes, graves même. C'est surtout net dans certains de ses livres (je n'ai pas encore tout lu, il a beaucoup écrit). Je ne crois pas que tu aimerais ses excès, mais “Nation” est susceptible de te plaire. C’est un livre orienté jeunesse et où la magie est quasiment absente, réduite à une allégorie sur la mort. C’est un récit drôle et surtout très émouvant, superbe.
     
    3) Pourrais-tu aussi essayer de répondre à cette question: pour toi, à quoi sert la lecture ?

    Du tac au tac j'aurais tendance à dire qu'elle ne sert à rien, que c'est un plaisir!
    Sinon elle sert bien entendu à plein de choses : passer le temps (plus pour nous hélas, le temps ayant une fâcheuse tendance à filer trop vite !) s'évader, réfléchir, mûrir, appréhender le monde (même et peut-être même surtout en lisant de la fantasy), apprendre, s'élargir l'esprit, partager.
    D'un point de vue purement pratique elle doit certainement aider à manier l'abstraction, se concentrer, enrichir son vocabulaire, ses tournures de phrases.

    4) Que t'apporte-elle encore aujourd'hui?

    Je fais partie des lecteurs très précoces, dans le sens où j'ai lu des heures dès que j'ai su lire, relisant mes albums de Père Castor en boucle. Je croyais jusqu'il y a peu de temps que c'était toujours le cas des bons lecteurs, comme pour ma fille aînée par exemple.

    Et pourtant mon fils (15 ans aujourd’hui) est passé directement, à l'âge de 11 ans, des BD aux “gros” livres ! C’est d’ailleurs un fan de Terry Prattchet. Et ma deuxième fille, qui va avoir 12 ans, qui adore les mangas (à lire et à dessiner) a eu le déclic cet été. Elle a lu pas mal de livres, dont les miens (jusqu'à la dernière feuille imprimée du tome 3, en réclamant la suite avec insistance) que je lui avais lus à haute voix il y a deux ans. Mais elle était effrayée par le volume jusqu'alors pour en reprendre seule la lecture. J'ai fais le “deal” habituel avec elle (tu lis jusque là, une dizaine de chapitres, et je t’achète un nouveau manga) et elle a tout avalé sans sourciller !

    Ma plus jeune fille de 9 ans a des velléités, mais reste plutôt télé. Alors je m’efforce de lui faire la lecture. Récemment j’ai redécouvert avec elle “La petite Fadette” de George Sand, qu’elle a adoré, malgré le côté désuet (et le fait qu’elle n’ait certainement pas tout compris !).

    Le lecture est donc naturelle, je dois me forcer pour ne pas lire ! C'est ce que j'ai fait en prépa, aucune lecture, le sacrifice était énorme à mes yeux. Je lis parfois peu, faute de temps, mais tous les jours, en particulier pour m’endormir et me réveiller en douceur. 

    La lecture m'apporte je crois une vie parallèle dont j'ai besoin absolument, et c’est sans doute pour ça que je trouve le processus d'écrire très semblable à celui de la lecture : j’ai très souvent continué les histoires que j’aimais dans ma tête.
     
    Tous les auteurs disent avoir écrit très tôt, mais ce n'est pas mon cas, à part une petite histoire en 3° (hélas perdue à tout jamais, l’histoire du souriceau Bleu-Blanc-Rouge qui sauva la France !). Je pensais vaguement m'y mettre peut-être un jour, comme la majorité des lecteurs assidus, certainement...

    En revanche je me suis toujours raconté des histoires dans ma tête (voir dans en parlant tout haut !), imaginant des situations, des dialogues. Maman m'a dit un jour que j'avais une vie intérieure très intense, j'avais été très flattée, me rengorgeant à l’idée d’être “vraiment intéressante !"    

    Maintenant que j'ai trouvé un moyen de canaliser cette rêverie et découvert ce bonheur de la création, je crois que j'aurais du mal à arrêter ; ça a été une sorte de coup de foudre : voilà ce que j'ai toujours voulu faire ! Bon, ça ne nourrit pas son homme, donc je ne regrette pas de ne pas m'y être mise trop tôt, d’ailleurs la maturité m'aide beaucoup.  

    5) Pourquoi écrire des histoires fantastiques plutôt que réalistes ? 

    J’ai commencé à écrire des récits se déroulant dans notre monde contemporain, à notre époque. Mais j’ai très vite souffert des contraintes terribles du contexte pour imaginer l’histoire : le cadre de vie, l’école, l’informatique, etc. J’ai trouvé ça très vite frustrant et pas très amusant ! Écrire une histoire dans un monde de fantasy demande un travail de fond très important, puisqu’il faut imaginer un contexte complet et crédible, mais permet à l’imagination de s’envoler : tout est possible y compris l’existence de créatures velues et insolentes, dotées de la parole et de membres surnuméraires, comme Pouna, le personnage préféré de mes lecteurs !

     

    Article rédigé par Mme Bouley (professeur de français au collège Morel) avec la collaboration de l'écrivaine Hélène Louise.

    Partager via Gmail

    32 commentaires
  • Pouna dessiné par Hannah et quelques nouvelles d'Arles

    J'ai eu le bonheur, l'année passée, d'avoir mes couleurs représentées au Collège Robert Morel d'Arles, grâce au dynamisme et la générosité de mon amie Christelle, professeur de français en 6° et 3°. L'expérience fut enrichissante et enthousiasmante.

    La lecture des tomes 1 et 2 des EHO a été proposée à  tous ses élèves. Les volontaires ont rédigé une fiche de lecture, gagnant ainsi une bonne note... et aussi ma reconnaissance éternelle - leurs avis m'ayant été infiniment précieux.

    J'en profite pour remercier encore Christelle pour son initiative et ses encouragements chaleureux, ainsi que les élèves qui ont eu la gentillesse de se prêter à l'expérience : Flora, Jenna, Justine, Camille...

    Je remercie d'ailleurs tous les autres  qui m'ont faire l'honneur de me lire au collège d'Arles, soit, à ma connaissance : William, Kelvyn, Vanessa, Sonia. Je dois en oublier, alors qu'ils n'hésitent pas à me le signaler,  je m'empresserai de leur rendre justice !

    Mais oui, je remercie aussi tous mes autres lecteurs, trop nombreux pour que je les note ici.   

    Qu'ils n'hésitent pas à se manifester eux aussi et à m'abreuver de compliments dithyrambiques ! 

    L'année dernière Christelle et ses élèves ont également travaillé sur le premier chapitre de "Vauvert, l'école qui n'aurait jamais dû exister," avec une réflexion sur le titre et l'illustration de couverture. C'était très intéressant et aussi très amusant (certains ont eu des idées délicieusement saugrenues !).

    Cette année, outre la lecture des EHO qui sera poursuivie à volonté, Christelle et ses élèves vont me donner leur avis sur plusieurs textes courts, dont je vous parlerai au fur et à mesure.

    Le premier est un conte, intitulé "Chétif et la Mort", que j'ai écrit dans le cadre d'un hommage à un auteur de fantasy que j'aime beaucoup, Terry Prattchet. La Mort personnifiée est un personnage qui revient régulièrement dans les livres de cet auteur, qui manie un humour très typé qui m'évoque souvent celui de Gosciny dans les Astérix.

    Mon texte n'a pas été retenu, mais j'en suis néanmoins très satisfaite, ça a été un réel bonheur de l'écrire. Vous pouvez si vous le souhaitez le télécharger  ci-dessous (ou en cliquant dans la rubrique "Extraits" colonne droite de ce blog en haut), le lire et me dire ce que vous en pensez.

    Si vous le souhaitez vous exprimer (et me faire plaisir !) vous pourrez le faire   par le biais de la rubrique "Témoignages" (colonne droite de ce blog en bas) en cliquant bien sûr sur le lien "Chétif et la Mort".

    Télécharger "Chétif et la Mort" en PDF

     

     

    Pouna dessiné par Hannah et quelques nouvelles d'Arles

    Partager via Gmail

    5 commentaires
  • ... La première partie du tome 1 des EHO en PDF à télécharger gratuitement.

    Si vous avez encore des doutes, que vous n'avez personne autour de vous pour vous prêter ce livre, mais que vous avez malgré tout envie de savoir à quoi ressemble cette histoire de près, je vous propose de télécharger les onze premiers chapitres du premier tome des Enfants de l'Hyphale d'Or, "Louglediya le Royaume des deux Couronnes".

    Passé ce stade de lecture vous serez fixé ! Si vous avez envie de connaître la suite, il vous suffira alors de cliquer sur le lien de la rubrique "Commander un livre" (en haut de la colonne de gauche de ce blog) et de suivre les consignes !

    En attendant, voici le lien de téléchargement de la partie en "libre-service" :

    Télécharger « mod_article5509247_1.pdf »

    Vous pourrez également le télécharger à tout moment en cliquant sur le lien "PDF : les onze premiers chapitres des EHO 1" - dans la rubrique "Extraits (en haut de la colonne droite de ce blog)

    Et si vous avez des questions à me poser,  des remarques à me faire, des propostions aussi, faites-le sans hésiter, directement en bas de cet article ou à l'adresse mail suivante :

    editions.chimere@gmail.com

     

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Malgré mon âge qui s'avance sans cesse qu'on lui demande rien, le début de l'année reste pour moi le mois de septembre, le moment des bonnes résolutions, qu'on prend et qu'on ne tient pas, mais c'est pas grave, c'est l'intention qui compte !

    J'espère que vous avez tous passé un bon été et que vous êtes prêts à repartir pour un tour (don't worry, si vous n'êtes pas prêts, le manège va repartir quand même, c'est ça qui est bien en fait, la vie qui continue...).

    Le sondage d'été "quelles sont vos vacances d'été préférées" est clos (une préférence pour la mer, mais aussi pour le calme de la campagne et de la maison) ainsi que celui sur les titres des chapitres - qui m'a été bien utile : seule une personne (c'est qui ce casse-pied, hein ?) n'aime pas en voir dans ses lectures, 18 % y sont indifférents (comme moi, d'où mon oubli de prendre cet élément en considération) et une majorité écrasante de 79% préfèrent que les chapitres aient un titre.

    Donc, voici l'une de mes bonnes résolutions de la rentrée : les chapitres du tome III des EHO,  "La Malédiction du phénix", ainsi que le livre "Vauvert" auront des titres de chapitres !

    Les xoumes ont bien avancés, plusieurs sont nés, certains ne sont pas tout à fait finis, j'attendrai donc encore un peu, si vous le voulez bien (ou même si vous ne le voulez pas, gnark, gnark) pour vous les proposer contre patte blanche (petit questionnaire innocent sur les EHO, questions simplissimes du genre "quelle est la couleur préféré de Nole ?" ou "quelle est la pointure de Dame Blimena ?").

    J'ai également une surprise à vous annoncer (et les feignants qui n'auront pas lu jusqu'ici ne sauront pas, tant pis pour eux) : grâce à la collaboration d'une talentueuse jeune femme, Sionnach, aimable et gracieuse (oui, comme Pouna, mais heureusement elle mange moins), nous allons pouvoir vous proposer (Sionnach et moi-même si vous me suivez) un modèle exclusif, du sur mesure, yen aura pas deux pareils messieurs dames ! Roulement de tambour...

           Un collier inspiré de celui d'Eliphéra    

    Bon, il sera moins long, plus discret et l'oeuvre d'une liliputienne (c'est pas moi qui le dis !) plutôt que celle d'un nain Orfèvre, mais ça devrait être très très joli. Pour permettre à toutes les bourses de se l'offrir, il sera décliné en deux versions : argent ou métal argenté.

    Je serais sans doute bientôt en mesure de vous montrer le modèle, ou du moins un prototype, alors n'hésitez pas à repasser par ici de temps en temps. Et surtout :

    Inscrivez-vous à la Newsletter, yaka cliquer (tout en haut à gauche).

    Et pour admirer le travail de Sionnach, c'est ici


     

    Partager via Gmail

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique